Mars en Vierge en astrologie védique

Mars, le tamasique dans le signe tamasique de la Vierge.

D’après le BPHS, ouvrage de référence en astrologie védique, Mars est une planète de nature tamasique. La Vierge qui est régit par Mercure, planète rajasique, est aussi de qualité tamasique.

La Vierge est un signe de terre mutable féminin principalement orienté vers la réflexion et le processus intérieur.

La vierge : un signe inamical pour Mars

Selon l’astrologie védique, Mars en Vierge se trouve dans un signe qui lui est inamical car il va créer un conflit entre la pulsion martienne et la nature retenue et prévisible de la Vierge. Sous cette influence mercurienne, Mars va devoir contenir sa puissante énergie d’action centrée sur l’objectif et l’intellectualiser davantage, ce qui n’est pas une tâche facile pour lui car il fonctionne naturellement en mode instinctif. La gestion de la vie quotidienne et des affaires va devenir plus compliquée avec une nette tendance à agir d’abord et réfléchir ensuite. Cette combinaison d’énergies opposées peut générer un comportement et un discours chaotique qui va gêner le discernement, altérer le sens des priorités et la planification des tâches sur les moyens et longs termes.

Ce qui peut être attendu d’un Mars en Vierge va dépendre de la dignité de Mercure, son dispositeur, et des aspects, bénéfiques ou maléfiques, que ces deux planètes peuvent recevoir dans le thème natal :

Quand Mars est gratifié par Mercure

Si Mercure, le dispositeur de Mars, est dans le signe de la Vierge qui est justement son signe d’exaltation et aussi son moolatrikona, c’est-à-dire l’emplacement où il préfère se trouver dans un thème, Mercure va soutenir Mars de façon satisfaisante. S’il est placé dans un de ses deux domiciles (les Gémeaux ou la Vierge) ou en signe ami (Lion, Taureau ou Balance). Et, par surcroît, s’il se trouve dans une maison astrologique dite trine (1, 5, 9) ou angulaire (1, 4, 7, 10), avec davantage d’aspects favorables puissants que défavorables, Mars va fonctionner de manière beaucoup plus efficace.

Il sera alors doté d’une énergie dynamisante, ciblée et productive plutôt bénéfique pour la gestion des affaires courantes. Et il utilisera des moyens efficaces et adaptés aux situations. Il écartera les obstacles et relèvera les défis de la vie avec courage, fermeté, habileté et lucidité. Si les planètes qui aspectent Mars ou Mercure sont de nature sattvique ou se trouvent placées dans un signe sattvique, Mars évitera le plus possible de porter préjudice, par le geste ou la parole, à son entourage ou son environnement. Il augmentera les capacités de mémorisation et favorisera le raisonnement rapide et logique ainsi que des aptitudes au débat et à l’argumentation pertinente. Aussi, il prédisposera notamment à l’ingénierie de l’information et de la mécanique, ou encore, il pourra être valorisé par des capacités d’organisation et des aptitudes manuelles qui demandent de la dextérité.

Quand Mercure submerge l'action de Mars

Dans le cas contraire, si le domaine que régit Mercure devient plus nocif pour Mars et que ce dernier reçoit des aspects planétaires difficiles, l’énergie martienne va avoir tendance à se radicaliser. Mars utilisera des moyens de persuasion autoritaires, voire agressifs, par le biais de situations polémiques ou conflictuelles. Sa difficulté à supporter la contradiction ou tout ce qui s’oppose à ce qu’il pense être dans son intérêt le fera souvent sortir de ses gongs. De ce fait, il fait monter la pression dans ses relations et aussi envers lui-même.

Ainsi, selon la configuration astrologique, il peut devenir sarcastique, moralisateur, dominateur et critique. Fragiliser par son mode de réaction instinctif, il pourra même aller jusqu’à développer un sentiment de paranoïa où il se croit entouré d’ennemis. Évidemment, tout cela ne laisse que peu de repos à son esprit. Gêné dans sa capacité à canaliser son énergie mentale, il sera fréquemment aux prises avec des souffrances et contradictions intérieures. Celles-ci pourront le mener à un manque de courage et d’audace lié à un sentiment de “à quoi bon ?!” , à une hésitation extrême ou une inhibition de l’action. Tantôt ruminant dans son coin, tantôt en démonstration de frustration, il pourra chercher à se protéger en se servant de la violence verbale ou physique, de la manipulation victimaire ou de l’auto-critique excessive.